RUBRIQUES
Actualités
Fédération
Démembrements
Equipes
Compétitions
Jeu du football
Archives
Contact


Dossiers

Les Eperviers planent par FIFA.com

Le Togo s'affirme avec Keshi
par FIFAworldcup.com



Tout sur nos joueurs (bientôt disponible)








Site des Clubs

Liens utiles
Joueurs togolais à l'etranger
Skyblog Peto
Blog Togo Foot
Site perso d'un fan des Eperviers
Site perso d'Adébayor
Site d'Adébayor

Le Togo s'affirme avec Keshi


par FIFAworldcup.com

Il suffit de jeter un coup d'œil rapide aux classements de la compétition préliminaire de la Zone africaine pour la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006 pour constater qu'une redistribution des pouvoirs est en train de s'opérer. Les prétendus "gros", qui ont trusté les compétitions prestigieuses pendant des années, sont menacées d'être bougés par une nouvelle vague. L'un des premiers pays à surfer sur cette dernière est le Togo, minuscule pays d'Afrique de l'ouest peuplé d'à peine un peu plus de 5 millions d'habitants.

Avec 17 points récoltés en huit matches, les Togolais occupent pour l'instant la première place du Groupe 1. S'ils s'imposent lors de leurs derniers matches, face au Liberia et au Congo, ils iront en Allemagne l'été prochain. Leur succès, les Eperviers le doivent en grande partie à leur jeune entraîneur, Stephen Keshi. Capitaine du Nigeria lors d'Etats-Unis 94, il a été l'un des premiers grands joueurs africains à évoluer sur le Vieux Continent, d'abord en Belgique, à Anderlecht, puis en France au Racing Club de Strasbourg.

Aujourd'hui âgé de 43 ans, l'ancien Super Eagle s'est entretenu avec FIFAworldcup.com de son équipe, de ses chances de qualification pour Allemagne 2006 et des progrès effectués par les jeunes entraîneurs africains comme lui.

Comment expliquez-vous les bonnes performances du Togo dans les éliminatoires ?
Tout le monde au Togo, l'équipe, les entraîneurs, les dirigeants de la fédération, était très motivé. Tout le monde a bien travaillé pour aller chercher la qualification. Les bons résultats sont vraiment le fruit d'un travail collectif.

Mais avez-vous été surpris par la réussite de votre équipe ?
Surpris ? Je vais dire que oui. Je pensais que ça prendrait un ou deux ans de plus pour obtenir une équipe vraiment solide. Mais tout le travail que nous avons réalisé a payé. Vraiment, la concentration est maximale, tout le monde est concerné. Il y a une grosse concurrence entre les joueurs. C'est une très bonne chose de voir tout le monde tendre vers le même objectif.

A deux matches de la fin, le Togo peut se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006 s'il remporte ces deux rencontres. Est-ce possible ?
Tout est possible, je pense. Dans notre groupe, il y a six bonnes équipes qui essaient toutes de donner leur meilleur. Alors pourquoi pas le Togo ? Si le Togo se qualifie pour la Coupe du Monde de la FIFA, ce ne sera pas usurpé.

Quelle est la difficulté d'entraîner un petit pays, où les ressources sont bien sûr limitées en termes de talents ?
Il n'y a pas beaucoup de potentiel dans le pays, mais le problème se situait plutôt au niveau des entraînements par le passé. Moi, j'ai essayé de travailler sur cet aspect. J'ai été aidé car l'équipe compte beaucoup de pros évoluant en France, en Suisse et en Allemagne. Nous avons travaillé la tactique et ça s'est très bien passé. Nous avons vécu comme une vraie famille, nous étions heureux. Je veux féliciter mes joueurs, ils ont été merveilleux.

Les entraîneurs comme vous ou Kalusha Bwalya, de la Zambie, sont-ils les pionniers d'une nouvelle vague d'entraîneurs africains, formés dans les championnats professionnels européens et revenus en Afrique pour transmettre leur talent et leur expérience ?
Oui, je pense. J'en parlais tout à l'heure. J'ai toujours voulu revenir en Afrique pour entraîner. Ce qui s'est passé avec la plupart des entraîneurs africains, c'est qu'ils n'ont pas bénéficié du même respect que les techniciens étrangers de la part des fédérations. Les Présidents de fédérations ont souvent essayé de commander les entraîneurs africains. Ce n'était pas la bonne façon de faire. Les dirigeants ne procèdent pas comme ça avec les entraîneurs étrangers. Mais peut-être que Kalusha et moi, tout comme Badou Ezaki au Maroc, qui fait un boulot formidable, nous sommes en train de gagner le respect qui manquait jusque-là. Kalusha et moi, nous avons passé nos diplômes d'entraîneur ensemble aux Pays-Bas. Déjà, nous avions décidé que nous mettrions ces connaissances au service du football africain. Ce serait un péché ou un crime de faire autrement. Je veux aider le football africain à progresser et Kalusha veut faire la même chose. Nous voulons apporter en Afrique le professionnalisme que nous avons acquis en Europe. En fait, beaucoup de joueurs africains veulent faire ça, mais ils n'ont pas la liberté de faire ce qu'ils pensent être le mieux. Avec le Togo, ma condition première, c'était de tout faire moi-même : former l'équipe, organiser les stages, etc. J'ai dit aux dirigeants que s'ils acceptaient ça, alors je marcherais avec eux. Ils m'ont dit : 'Pas de problème, fais ce que tu veux, tant que tu nous donnes une bonne équipe et de bons résultats'. Il y a donc eu un bon mariage entre la fédération, les joueurs et moi-même. A l'avenir, j'espère que davantage de grands joueurs africains vont s'impliquer. Par exemple, le Sénégal a aussi choisi deux anciens joueurs pour prendre en charge l'équipe nationale. C'est une bonne chose. Nous devons nous aider. Il faut aussi dire aux dirigeants que pour avoir une bonne équipe, il faut du temps, il faut au moins un programme sur quatre ans. Quoi qu'il entreprenne, un entraîneur a besoin de beaucoup de soutien.

Existe-t-il un "truc" pour occuper ce poste ?
J'ai joué en Afrique et en Europe. Je connais la mentalité des joueurs africains, mais je connais aussi le style européen. L'important, c'est de trouver le juste équilibre entre tout ça, d'apprendre à connaître ses joueurs. Il faut aussi travailler la tactique, ce que la plupart des joueurs africains n'ont jamais fait auparavant. Dès l'instant où les joueurs respectent ce qu'ils font, alors c'est bon, vous avez gagné !


Vous avez obtenu des résultats exceptionnels contre la Zambie et le Sénégal lors des deux dernières journées. Le Togo risque-t-il de perdre sa concentration en septembre contre le Liberia, qui est lanterne rouge ?
Non, non. Nous nous préparons de la même façon pour tous les matches, que ce soit contre la France, le Brésil ou le Liberia. Nous respectons toutes les équipes qui se présentent face à nous. Le Liberia a une bonne équipe. Nous devons juste être sérieux, concentrés et voir ce que nous pouvons faire. Les joueurs sont bien conscients de l'enjeu ; ils se sont tellement battus pour en arriver là…

Si le Togo se qualifie pour la Coupe du Monde de la FIFA en Allemagne, pourra-t-il y faire bonne figure ?
Le temps le dira. Si nous nous qualifions, nous aurons encore plus de temps pour travailler ensemble. Nous ne sommes pas arrivés à ce niveau par hasard. Nous nous sommes battus. Je ne pense pas que la Coupe du Monde sera tellement différente des gros matches que nous avons déjà disputés, face au Sénégal par exemple.

Visitez les sites d'Egypte 2006
Compétitions internationales

Calendrier CAN 2006
( CAIRE, EGYPTE)

Equipes
Date
Togo TOG
COD République Démocratique du Congo
21/01/2006
(18 :00)
Cameroun CMR
TOG Togo
25/01/2006
(18:00)
Angola ANG
TOG Togo
29/01/2006
(17:00)

Calendrier MONDIAL 2006

Equipes
Date
Lieu
(Heure locale)
Corée du sud KOR
TOG Togo
13/06/2006
Francfort
(15 :00)
Togo TOG
SUI Suisse
19/06/2006
Dortmund
(15:00)
Togo TOG
FRA France
23/06/2006
Cologne
(21 H:00)
Préliminaires CAN/Mondial 2006
Supporter des éperviers (Mali-Togo) 6 em journée CAN/Mondial 2006
Equipe
Point
Togo
23
Sénégal
21
Zambie
19
Congo
10
Mali
08
Libéria
04
Championnat national
GOTHIA cup 1er trophée gagné par le Togo dans une compétition internationale de jeunes en europe

Saison
2004-2005

Equipe
Point
AS Douanes
31
Dyto
26
Togo Telecom
20
Maranatha
19
Semassi
17
Gomido
16
AS Togo Port
14
Doumbé
04
Les Photos des matchs



Présidents de la FTF




Relations internationales


1000 Ballons pour le Togo



Partenariat




Membre affilié

UFOA